.
.
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  
Pénélope
reference-dimage

Nos dernières publications

  • Consolider l’indemnisation publique dans le champ de la santé - Enjeux et modalités du rapprochement entre le FIVA et l’ONIAM

Le Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (FIVA) et l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales (ONIAM) interviennent tous deux dans le champ complexe et sensible de la politique publique de l’indemnisation des victimes. L’IGAS et l’IGF ont été missionnées pour analyser les enjeux et modalités possibles d’un rapprochement de ces deux organismes.
Malgré leurs différences en matière d’instruction des dossiers, de gouvernance et de financement, les deux organismes partagent une même mission d’indemnisation rapide et amiable des victimes. Les projets de mutualisation engagés dans le passé (systèmes d’information et agence comptable), sans vision d’ensemble, ont échoué.
Après examen des différentes options possibles, la mission dessine une perspective de fusion entre égaux au sein d’un nouvel organisme unique, que la loi devra redéfinir. Son objectif est, à travers la poursuite d’une taille critique, d’améliorer la qualité du service rendu, de construire une politique publique d’indemnisation plus cohérente et lisible pour les victimes, et de renforcer les moyens d’action en facilitant notamment les recrutements de compétences clés dans le domaine juridique, de l’expertise médicale et des systèmes d’information.
Le succès de la fusion repose sur quatre conditions de succès : l’absence de suppression d’effectifs ; le maintien de la représentation des associations des victimes de l’amiante et des actuelles parties prenantes au sein du conseil d’administration de l’organisme unique ; la préservation des spécificités de financement des différents dispositifs et une tutelle plus intégrée.
Sans attendre, le rapprochement des fonctions support est préconisé, avec constitution d’un groupement comptable dès 2021, et la mise en place d’un préfigurateur puis d’une direction unique dès que possible pour préparer la fusion, qui pourrait entrer en vigueur au 1er janvier 2023.

Lire le rapport


  • Développement de l’offre de logement locatif intermédiaire par les investisseurs institutionnels

Au carrefour du parc social et du parc locatif privé, le logement intermédiaire (LLI) s’adresse en priorité aux ménages à revenus moyens vivant au sein de territoires denses et soumis à une forte tension immobilière.
Compte tenu des besoins sur ce marché, l’IGF et le CGEDD ont tenté d’apprécier tant l’inclination des investisseurs institutionnels (banques, assurances, etc.) que leur capacité à y renforcer leur présence. S’il n’est pas attendu de changements majeurs à l’initiative de la puissance publique, il lui appartient en revanche de fluidifier le marché et d’accroître la diversité de l’offre pour atteindre un objectif de construction nette de 420 000 logements à échéance d’une décennie.
Pour ce faire, la mission a formulé des recommandations portant à la fois sur la fiscalité (transformation de l’exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties à la charge des collectivités locales en crédit d’impôt à la charge de l’État pour un coût de 300 à 350 M€, extension des avantages fiscaux dont bénéficient déjà les investisseurs institutionnels dans le cas de la construction de LLI neuf à la rénovation de logements soumis aux mêmes conditions de mise sur le marché, suppression du seuil de 25 % de logements sociaux dans les communes respectant les quotas de la SRU) et le régime juridique (fixation d’objectifs et évaluations des besoins en LLI dans les PLH et PLU, montée en charge des bailleurs sociaux). En outre, dans la perspective d’une réduction progressive des dispositifs fiscaux en faveur de l’investissement des particuliers, la mission s’est intéressée au développement de fonds pierre-papier, à cadre fiscal inchangé, pour continuer à diriger l’épargne des particuliers vers ce secteur.
Ces mesures, ainsi que l’évolution du marché du LLI, devront faire l’objet d’un suivi de la part des pouvoirs publics.
Lire le rapport


  • Les dispositifs zonés de soutien du développement économique et de l’emploi dans les territoires

Pour soutenir le développement économique et l’emploi dans certains territoires présentant des signes de fragilité, l’État a progressivement consenti un ensemble d’exonérations de charges fiscales ou sociales en faveur des entreprises, sur des périmètres délimités et variés : zones de revitalisation rurale (ZRR), zones franches urbaines - territoires entrepreneurs (ZFU-TE), quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), bassins d’emploi à redynamiser (BER) par exemple. Le coût annuel des sept dispositifs examinés est estimé à 600 M€.
Ce rapport interministériel conclut à un impact globalement faible de ces exonérations sur la création d’entreprises et d’emplois, même si d’autres mesures de soutien de ces territoires viennent parfois s’y adosser.
Ce bilan contrasté justifie un renouvellement de l’action publique en faveur des territoires défavorisés, fondé sur trois principes : un diagnostic amélioré de la ‘vulnérabilité’ des zones concernées, une différenciation locale adaptée aux enjeux, un portage local mieux organisé.
Le rapport propose trois scénarios d’évolution, autour de la rationalisation des périmètres et la simplification des règles, de la constitution de « boîtes à outils » régionales et de la reconversion des exonérations en concours directs.
Lire le rapport


  • Comité de suivi et d’évaluation des mesures de soutien financier aux entreprises confrontées à l’épidémie de Covid-19

Par lettre de mission du 21 avril 2020, le Premier ministre a désigné M. Benoît Coeuré président du comité mis en place à l’article 6 de la loi du 23 mars 2020 de finances rectificative pour 2020 pour veiller au suivi de la mise en œuvre et à l'évaluation des mesures de soutien financier aux entreprises confrontées à l'épidémie de covid-19. Ce comité rassemble trois députés, trois sénateurs, les représentants de Régions de France, de l’assemblée des départements de France et de l’association des maires de France, deux représentants de la Cour des Comptes, deux représentants de l’administration, et de trois représentants des organisations représentatives patronales et cinq représentants des organisations représentatives syndicales. A partir d’avril 2021, en outre, son mandat est élargi à l’évaluation du plan France Relance et sa composition enrichie de trois personnalités qualifiées, par une disposition de loi de finances initiales pour 2021 précisée par une nouvelle lettre de mission du Premier ministre.
Le secrétariat du comité est assuré conjointement par France Stratégie et l’Inspection générale des Finances. La loi prévoit que le comité publie un rapport d’évaluation des mesures d’urgence avant le 31 juillet 2021, mais, en accord avec le comité, le secrétariat a souhaité consigner les connaissances acquises après une année dans un rapport d’étape, qui est ici publié.
Entre mars 2020 et mars 2021, les quatre principales mesures de soutien – activité partielle, fonds de solidarité, prêt garanti par l’Etat et reports de cotisations sociales – ont permis de mobiliser plus de 200 milliards d’euros pour préserver l’appareil productif français. Ce rapport retrace les adaptations successives de ces dispositifs face à l’évolution de la situation sanitaire, met la stratégie française en perspective au regard des expériences étrangères, fournit une description statistique détaillée du recours aux dispositifs et présente une revue de littérature sur les simulations récentes de la situation financière des entreprises.
Lire la synthèse
Lire le rapport d'étape



 

 

 

 

 

 

  • Nos finances publiques post-Covid-19 : pour de nouvelles règles du jeu

La commission sur l’avenir des finances publiques a été missionnée le 4 décembre 2020 par le Premier ministre, dans le contexte d’une forte hausse de la dette publique liée au Covid-19.  Elle a rendu ses travaux le 18 mars.
Présidée par Jean Arthuis et rassemblant des personnalités d'horizons divers, cette commission était chargée d’établir un diagnostic et d'apporter des éclairages sur les évolutions possibles de nos finances publiques. Elle avait également  pour mission de proposer de nouvelles règles de gouvernance et de nouveaux outils de pilotage afin d’assurer la soutenabilité des comptes publics sur le long terme.
La commission était appuyée par une équipe de l’IGF : un rapporteur général, Thomas Cazenave et trois rapporteurs, Claire Durrieu, Xavier Jaravel et Nicolas Scotté.
Le rapport peut être consulté ci-dessous.  Il est accompagné de documents préparatoires qui n’engagent pas les membres de la commission.

Lire le rapport
Pièce jointe n° 1 : Trajectoires et soutenabilité de la dette
Pièce jointe n° 2 : Comparaisons internationales des normes de pilotage et des institutions budgétaires
Pièce jointe n° 3 : Évolutions possibles du cadre juridique des finances publiques
Enquête sur la perception de la dette publique par les français -  (IPSOS) janvier 2021
Enquête sur la perception de la dette publique par les français : Rapport d'étude qualitative - (IPSOS) février 2021


  • Pour un développement durable du commerce en ligne

Publication du rapport IGF/FS/CGEDD sur le développement durable du commerce en ligne commandité par les ministères de la transition écologique et de l’économie, des finances et de la relance. Le rapport souligne la grande diversité du commerce en ligne et de ses impacts sur l’environnement et l’emploi, et propose une stratégie d’ensemble des pouvoirs publics articulée autour des recommandations suivantes :

  • renforcer l’équité concurrentielle avec le commerce traditionnel ;
  • mieux prendre en compte la logistique dans l’aménagement territorial ;
  • améliorer l’impact environnemental des livraisons ;
  • accompagner la mutation du commerce de détail ;
  • créer un label pour mieux informer le citoyen-consommateur.

Lire le rapport


  • Bilan et perspectives du label « Investissement socialement responsable » (ISR)

Le rapport de l’IGF sur le bilan et les perspectives du label « Investissement socialement responsable » (ISR) constate la diffusion rapide du label ISR. Celui-ci a su s’imposer sur le marché européen de la finance responsable et accompagner le développement très dynamique de ce secteur clé pour la transition écologique et sociale.
A l’avenir, le label ISR doit évoluer pour continuer d’accompagner toutes celles et ceux qui souhaitent donner du sens à leur épargne. Dans cette perspective, le rapport formule 20 recommandations visant à :

  • Recentrer le label autour d’une promesse simple : placer son épargne dans un fonds ISR, c’est financer un modèle économique durable ;
  • Renforcer les exigences et l’ambition du label, notamment via l’exclusion de certaines activités incompatibles avec l’objectif de contribution à un modèle économique durable ;
  • Réformer la gouvernance du label afin qu’un comité resserré et un secrétariat permanent veillent à son attribution, à sa promotion et à son évolution dans le temps.

À l’occasion de la publication du rapport, Bruno Le Maire et Olivia Grégoire ont annoncé le lancement de la réforme du label ISR : lire le communiqué
Lire le rapport


  • Déploiement de la 5G en France et dans le monde : aspects techniques et sanitaires

La mission conjointe (IGAS, CGEDD, CGE et IGF) vient de rendre son rapport sur les enjeux techniques et sanitaires du déploiement de la 5G en France et dans le monde (comparaison avec 26 pays).
Le rapport, après avoir rappelé les principales caractéristiques de la 5G, évalue la position de la France au regard du déploiement international de cette technologie. Il examine les dispositifs d’information et de dialogue en la matière et passe en revue le sujet de l’exposition aux ondes électromagnétiques et notamment de son évolution dans le cadre du déploiement de la 5G. Il traite enfin des expertises produites par les agences sanitaires quant aux relations entre santé et technologies 2 à 5 G.
A la lumière de ces constats, le rapport formule sept recommandations, s’agissant des modalités d’information de la population, de la recherche et de la surveillance de l’exposition aux ondes électromagnétiques
Lire le rapport
Executive summary in english


Actualités - Recrutements