.
.
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  
  
reference-dimage

L'histoire de la création de l'IGF

Impression

Le service nait en 1797 avec la création par le gouvernement du Directoire d’un corps de 12 inspecteurs généraux de la Trésorerie, placés directement à la disposition du ministre des Finances et sans affectation géographique.

En 1800, les inspecteurs généraux de la Trésorerie deviennent des vérificateurs généraux de la Trésorerie. Établis dans les divisions militaires, ils sillonnent les départements dont ils ont la responsabilité pour « accélérer le recouvrement de toutes espèces, constater le progrès des rentrées, hâter le versement des fonds et en diriger l’envoi ». Cette institution éphémère laisse la place aux inspecteurs généraux du Trésor public.

L’inspection du Trésor public est créée le 6 septembre 1801. Les attributions des inspecteurs généraux se limitent au contrôle de régularité : « ils [sont] envoyés par le ministre des Finances ou le directeur général du Trésor public auprès des receveurs et payeurs pour les vérifications qui seront jugées nécessaires ; ils devront s’assurer de la régularité de la gestion desdits comptables ».

En 1815, les ministères du Trésor et des Finances sont réunis en un seul ministère. A cette occasion, les attributions des inspecteurs généraux du Trésor sont considérablement étendues.

Sous la Restauration, l’arrêté du 25 mars 1816 du Baron Louis, ministre des Finances, réunit les inspecteurs généraux des contributions directes et du cadastre avec les inspecteurs généraux du Trésor en une seule et même inspection, sous la dénomination d’Inspection générale des Finances.

L’ordonnance du 9 mai 1831 du Baron Louis fait de l’Inspection générale des finances le seul corps de contrôle de toutes les administrations du ministère des Finances. Un décret institue un uniforme pour les membres de l’inspection générale. Elle contrôle également la comptabilité et le fonctionnement de l'ensemble des services extérieurs du ministère des Finances. Le ministre peut lui confier des études diverses et des missions spéciales. Cette même année, le Baron Louis déclarait : « L’IGF est le bras et l’œil du ministre. »

L'ordonnance royale du 28 mars 1842 précise le statut des personnels de l'Inspection générale des finances.

Un ouvrage historique, le dictionnaire historique des inspecteurs des finances 1801-2009, est consacré aux inspecteurs des finances.