.
.
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  
Pénélope
reference-dimage

Nos dernières publications

  • Bilan et perspectives du répertoire électoral unique

Lire le rapport


  • La protection sociale complémentaire des agents publics

Lire le rapport
Lire le rapport spécifique à la fonction publique hospitalière


  • La branche autonomie : périmètre, gouvernance et financement

La loi n° 2020-992 du 7 août 2020 relative à la dette sociale et à l'autonomie a acté la création d’une cinquième branche de la sécurité sociale consacrée à la politique de l’autonomie. À la demande du Gouvernement, M. Laurent Vachey, inspecteur général des finances, a conduit durant l’été une concertation auprès des parties prenantes afin de définir ce que devraient être le périmètre de cette branche, sa gouvernance et les modalités de son financement. Appuyé par l’IGAS et l’IGF, il a remis son rapport au Gouvernement le 14 septembre.   
La création de cette nouvelle branche doit constituer un tournant historique pour les politiques de l’autonomie, en permettant de renforcer l’équité dans l’accès aux services et aux prestations et en offrant une organisation simplifiée et plus efficiente.
Le rapport propose un périmètre élargi à des dépenses en faveur de l’autonomie aujourd’hui dispersées, pour un montant total de 42 Md€, l’ensemble des financements publics à retracer en annexe de la loi de financement de la sécurité sociale s’élevant à 78 Md€.
La caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) en tant que pilote de cette branche continuera de s’appuyer sur les ARS et les départements pour décliner les politiques de l’autonomie. Le rapport préconise la généralisation de maisons départementales de l’autonomie comme point d’entrée territorial pour les personnes âgées, les personnes handicapées, et leurs aidants.
Enfin, des pistes pour le  financement futur de la branche sont identifiées en vue des arbitrages, qu’il s’agisse de transferts, d’économies, de nouveaux prélèvements, de réduction de niches sociales et fiscales ou de recours aux financements privés.
Lire le rapport


  • Évaluation de  la dette des établissements publics de santé et des modalités de sa reprise

La ministre des solidarités et de la santé, le ministre de l’économie et des finances ainsi que le ministre des comptes publics ont sollicité en décembre 2019 une mission conjointe IGAS-IGF afin de définir les modalités opérationnelles de la reprise par l’Etat d’un tiers de la dette des hôpitaux publics, annoncée par le Premier ministre en novembre 2019. Ce rapport pose un diagnostic d’avant-crise sur la situation d’endettement des hôpitaux publics et formule des propositions sur la répartition de cette reprise de dette, sur son financement ainsi que sur les modalités de contractualisation avec l’Etat et de suivi des établissements bénéficiaires. Rendu dans la phase aiguë de la crise sanitaire, il vise ainsi à donner aux administrations les outils nécessaires à la mise en œuvre d’une mesure qui a été confirmée, à hauteur de 13 Md€, par les accords du Ségur de la santé signés le 21 juillet 2020.
Lire le rapport



 

 

 


 

 

  • Déploiement de la 5G en France et dans le monde : aspects techniques et sanitaires

La mission conjointe (IGAS, CGEDD, CGE et IGF) vient de rendre son rapport sur les enjeux techniques et sanitaires du déploiement de la 5G en France et dans le monde (comparaison avec 26 pays).
Le rapport, après avoir rappelé les principales caractéristiques de la 5G, évalue la position de la France au regard du déploiement international de cette technologie. Il examine les dispositifs d’information et de dialogue en la matière et passe en revue le sujet de l’exposition aux ondes électromagnétiques et notamment de son évolution dans le cadre du déploiement de la 5G. Il traite enfin des expertises produites par les agences sanitaires quant aux relations entre santé et technologies 2 à 5 G.
A la lumière de ces constats, le rapport formule sept recommandations, s’agissant des modalités d’information de la population, de la recherche et de la surveillance de l’exposition aux ondes électromagnétiques
Lire le rapport
Executive summary in english


  • Organisation de la sécurité sanitaire des produits cosmétiques et de tatouage : état des lieux et évolutions souhaitables

La sécurité des produits cosmétiques et de tatouage est un sujet de préoccupation récurrent des consommateurs. A la demande des ministres concernés, l’IGAS et l’IGF présentent un état des lieux des cadres institutionnels français et européens de sécurisation de ces produits pour les consommateurs.
Les constats font apparaitre des fragilités pouvant mettre en jeu la sécurité sanitaire. Le rapport propose en conséquence des orientations pour renforcer l’organisation française et pour faire évoluer le dispositif européen d’évaluation et de surveillance.
Lire le rapport 
Voir les annexes


  • Conséquences financières de la réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle

Une mission IGF-IGAS a été chargée d’évaluer les conséquences financières de la réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle mise en place par la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel afin d’avancer des recommandations propres à améliorer la trajectoire financière du système, en étant compatibles avec l’esprit de la réforme. Des propositions d’évolution des pouvoirs de France compétences y sont également exprimées avec pour objectif la mise en place d’une régulation plus volontariste. Enfin, les moyens dont dispose l’établissement public font l’objet de préconisations pour mettre en adéquation ses compétences et les enjeux d’adaptation auxquels il est confronté.
La mission a terminé ses travaux avant le développement de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid‑19. Aussi, l’intégralité des chiffrages, en particulier ceux pour 2020, s’entendent hors effet de l’épidémie sur l’économie, la croissance et le développement de l’apprentissage.
Les préconisations avancées dans le présent rapport demeurent néanmoins d’actualité.
Lire le rapport


  • Sécurisation du recouvrement de la TVA

L’inspection générale des finances a évalué plusieurs réformes envisageables pour lutter contre la fraude à la TVA et moderniser le recouvrement de cet impôt, dans le contexte du projet de loi de finances (PLF) pour 2020 : le paiement scindé et le mécanisme de représentation fiscale. D’une part, le paiement scindé, qui consiste à confier à des collecteurs jugés « sûrs » le recouvrement de la TVA, comme les banques, apparaît à ce stade comme un moyen disproportionné de lutter contre la fraude à la TVA en France, au regard de la complexité de sa mise en place, de ses coûts et des réformes déjà en cours. D’autre part, la représentation fiscale, qui est l’obligation pour les sociétés implantées dans certains pays étrangers et commerçant en France de désigner un représentant redevable pour elles de la TVA, constitue une garantie du recouvrement qui doit être maintenue compte tenu de la fraude massive à la TVA observée dans le secteur du e-commerce, qui conduit aujourd’hui à une concurrence déloyale majeure. L’inspection recommande néanmoins d’adapter le régime de la représentation fiscale et les formalités d’immatriculation pour tenir compte du développement actuel du e-commerce.
Lire le rapport


Actualités

  • Nous suivre : 

       twt.png      in.png
      

  • Six postes de stagiaires (assistants de vérification) sont ouverts à la sélection pour une période de cinq ou six mois démarrant début février 2021. Les candidatures, comprenant un curriculum vitae et une lettre de motivation, doivent parvenir à l’IGF au plus tard le vendredi 23 octobre 2020 (18h00) par l’intermédiaire de l’application dédiée Passerelles
    Pour en savoir plus, cliquez ici.

  • Le rapport d'activité 2019 est en ligne. Pour le consulter, cliquez sur l'image.

Vignette_couverture_RA2019.JPG